Les offres de l’ADEME pour « l’électricité verte »

Les offres de l’ADEME pour « l’électricité verte »

25 février 2019 Non classé 0

L’ADEME publie un avis sur les offres électricité verte: quid des offres d’électricité verte ? L’ADEME distingue deux types d’offres, qu’elle qualifie d’offres vertes « standard » et d’offres vertes « premium »

Avis de l’ADEME offres vertes decembre2018.pdf

 Pour les offres d’électricité verte « standard », les plus courantes, les fournisseurs achètent séparément
l’électricité et les GO. En effet, la seule obligation légale d’un fournisseur « vert » est d’acheter
une quantité de GO égale à la consommation de son client, GO qu’il peut acheter auprès d’installations
EnR situées en France ou dans l’Union Européenne. Généralement, l’électricité est achetée sur le marché
et peut provenir de n’importe quelle source de production (EnR, nucléaire, fossile), alors que les GO
sont achetées en parallèle et proviennent majoritairement d’installations hydrauliques européennes
déjà amorties.
 Quelques fournisseurs ont une démarche plus poussée et proposent des offres impliquant l‘achat conjoint
de l’électricité et des GO auprès des mêmes producteurs (en majorité de petites installations d’hydroélectricité
françaises). A notre connaissance, trois fournisseurs proposent à ce jour ce type d’offre:
Enercoop, Ilek et Energie d’Ici. Ces offres vertes « prémium » proposent ainsi de meilleures conditions
de rémunération aux producteurs (via des contrats de long terme), contribuant ainsi à la pérennisation
des installations

26/11/2018: Interview / Philippe Saurel : « Il est temps de passer la vitesse supérieure en termes de solaire »

 

Extrait:

 

Plein Soleil : L’autoconsommation solaire, pour les particuliers et en collectif, commence à se développer. Quel est votre point de vue sur le sujet ?

Philippe Saurel : Je suis très favorable à l’autoconsommation pour les particuliers ou en collectif. C’est bien dans l’esprit de la République de Montpellier et de la ville autonome. On n’a rien inventé. On en revient au principe du familistère de Guise, de Godin où l’on se servait de l’eau chaude de récupération pour sécher le linge de tous. On y partageait l’énergie comme dans le cas de l’autoconsommation solaire collective aujourd’hui. J’aime cette idée qui nous pousse aussi à soutenir les projets citoyens de financement participatif d’installation photovoltaïque.

Prenons-le au mot!

 

https://tecsol.blogs.com/mon_weblog/2018/11/interview-philippe-saurel-il-est-temps-de-passer-la-vitesse-sup%C3%A9rieure-en-termes-de-solaire-.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *