On en parle….transition énergétique en Occitanie

On en parle….transition énergétique en Occitanie

4 mars 2019 Non classé 0
Page du site :Économies d’énergieÉnergies renouvelables
Territoires et démocratie

La transition énergétique en direct… de l’Occitanie

Chaque trimestre, les acteurs d’un territoire racontent leurs initiatives pour les économies d’énergies et les énergies renouvelables. Cap sur la région Occitanie.

Injection de biométhane dans le réseau : triplé occitan

Coup sur coup, à quelques semaines d’intervalles, trois sites de production de biogaz en Occitanie se sont raccordés au réseau de gaz naturel, et injectent du biométhane. Trois « premières » régionales, chacune dans son registre : il s’agit de la station d’épuration des eaux urbaines de Perpignan-Méditerranée, du centre de traitement des déchets ménagers de Pavie dans le Gers, et de l’exploitation agricole de Pierre Assémat dans le sud du Tarn. Ce triplé pour l’Occitanie, est une satisfaction pour l’association Solagro, qui travaille depuis de très nombreuses années à l’émergence et au développement de cette voie majeure de valorisation du biogaz pour la transition énergétique. Elle a accompagné Biométharn, le projet agricole de Pierre Assémat, depuis les tous premiers calculs jusqu’au choix du constructeur. « Après quelques semaines de réglage, nous injectons 55 nM3 de biométhane par heure (sur un potentiel maximum de 70), précise l’agriculteur. La qualité du gaz est parfaitement au rendez-vous, et la quantité aussi, puisque nous produisons un peu plus que ce qui était prévu ».

Pour en savoir plus : www.biometharn.fr

A Montpellier, une large enquête sur les données énergétiques de la métropole

L’Agence locale de l’énergie et du climat de Montpellier Métropole, au travers de ses conseillers en énergie partagés, a mené une enquête inédite sur les dépenses en énergie et en eau des communes de la métropole qui s’élèvent à 13 millions d’euros par an. Chaque année, celles-ci déboursent en moyenne 13,8 euros par habitant pour les consommations d’énergie des bâtiments (écoles, des gymnases, des bureaux…), 4,3 euros par habitant pour les consommations d’eau (bâtiments et espaces verts), et enfin 11,6 euros par habitant pour l’éclairage public.

L’ampleur et la précision de cette étude est bien supérieure aux chiffres détenus par les communes. Cela positionne les conseillers en tant qu’experts auprès des collectivités. Le classement des communes des plus économes aux plus énergivores est également un levier pour les conseillers. En rendez-vous, cette comparaison avec les communes voisines attire l’attention et stimule. Ce sujet concerne enfin, aussi bien les habitants que les collectivités. L’Alec a communiqué auprès de ces deux cibles qui s’entraînent mutuellement : l’opinion publique questionne la collectivité et la collectivité a un rôle d’exemplarité auprès des usagers.

En savoir plus : www.alec-montpellier.org

L’association Gefosat devient « organisateur communautaire »

Aux côtés de plusieurs acteurs investis dans le champ de la mobilisation citoyenne, l’association Gefosat expérimente le développement de la capacité à agir des habitants à travers une approche collective. Ce projet intitulé « Alternativez-vous » se fixe pour objectif de sensibiliser et mobiliser les citoyens, en partant de leurs besoins et de leurs attentes. Il a déjà permis d’accompagner un groupe d’habitants de logements collectifs (propriétaires et locataires) vers la rénovation énergétique de leurs logements. Rendez-vous aux Assises européennes de la transition énergétique pour en savoir plus.

En savoir plus : www.gefosat.org

En Occitanie, une commune = un petit parc solaire au sol

En région Occitanie, plus d’une cinquantaine de projets citoyens sont en exploitation ou en développement. Parmi eux, des petits parcs solaires au sol (- de 250kWc) d’initiative communale ou citoyenne. Trois ont déjà été inaugurés. Pour la dynamique citoyenne, ces projets sont intéressants car ils sont peu contraignants à réaliser (procédures administratives allégées, temps de développement court, limite les conflits d’usages du foncier) et facilement maîtrisables par les acteurs locaux. Ils sont aussi accessibles financièrement (environ 300 000 euros) et permettent de produire l’équivalent de la consommation de villages en zones rurales (300 000 kWh/an). Cependant ces projets ne sont pas reproductibles en l’état car n’ayant pas de tarif d’achat, ils dépendent d’un tarif de soutien d’Enercoop. Afin que l’essaimage puisse se faire, ECLR a lancé un groupe de travail réunissant tous les acteurs concernés (collectivités, développeurs, fournisseur et porteurs de projets) pour d’identifier les leviers d’action. Il étudie les pistes de mutualisation (de coûts et de connaissances), de partenariats et de lobbying sur le cadre réglementaire. D’ici la fin de l’année, des fiches de bonnes pratiques « – de 250kWc » seront réalisées et en 2019, des partenariats devraient être établis.

En savoir plus : www.ec-lr.org

A Saint-Affrique, Enercoop Midi-Pyrénées expérimente l’autoconsommation collective

La coopérative lance l’un des premiers projets d’autoconsommation collective en Midi-Pyrénées.  En collaboration avec le magasin Biocoop Lou Cussou de Saint-Affrique (Aveyron), cette opération permet de partager localement l’électricité produite par des panneaux photovoltaïques installés sur le toit du magasin grâce à un circuit court entre des producteurs et des consommateurs d’énergie au sein d’un périmètre défini. La coopérative réalise le montage du projet et porte le coût de l’installation à hauteur de 45 000 euros. Elle est locataire de la toiture du magasin Biocoop sur laquelle sont installés les panneaux solaires, pour une puissance totale de 36 kWc. Elle se positionne donc en tant que producteur, et fournit également l’électricité localement au travers d’un contrat de vente de proximité. Par ailleurs, Enercoop Midi-Pyrénées est la « personne morale organisatrice de l’opération » : elle gère les interactions avec Enedis, gestionnaire du réseau de distribution d’électricité. Elle lui communique la clé de répartition de l’énergie produite entre les consommateurs et se charge de la facturation des clients de l’énergie fournie. L’électricité excédentaire non consommée alimentera le réseau Enercoop (5000 clients en Midi-Pyrénées) qui l’achètera au tarif préférentiel de 6ct / kWh.

En savoir plus : www.midipyrenees.enercoop.fr

La Régions Occitanie sur les rails de « l’énergie positive »

En 2017, la collectivité a mobilisé 27,34 millions d’euros pour l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Pour « impulser des projets exemplaires et innovants », notamment dans le cadre d’appels à projets. Trois appels à projets ont ainsi été lancés et ont permis de faire émerger une centaine de projets pour des énergies renouvelables coopératives et citoyennes, des bâtiments économes en énergie, et valorisant les matériaux locaux et les circuits courts, dans le respect de l’environnement, ou encore pour l’auto-consommation d’électricité photovoltaïque, afin de faire émerger des projets pilotes et reproductibles, témoignant d’un nouveau mode de production et de consommation d’énergie.

En savoir plus : www.laregion.fr/energie-positive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *